La Pilule verte

Img_0396

 

Un moment important.

 

A cette époque, je commençais à aller au théâtre. C’était très vivant dans ce qu’on appelait le Jeune Théâtre. J’ai vu la Pilule verte au Théâtre de la Balsamine d’après l’auteur polonais Witkiewicz. La pièce se déroulait dans l’ancienne caserne militaire Dailly. Le public déambulait dans l’espace abandonné à la recherche des comédiens, à la recherche de la représentation. Fragmentation, ruines, malentendu, inquiétude détachée, mise en abîme: la pièce et sa mise en scène ont frappé dans le mille. Une allégorie sur notre situation, nos sentiments. Dans le fond, j’étais bouleversé.

Après ça, j’étais convaincu que je devais me diriger par là. J’ai été voir les premiers spectacles de Dezoteux au Théâtre Elémentaire, avec Suzana Lastreto, les pièces de Liebens, d’Alain Populaire (dont une pièce mémorable autour d’Antonin Artaud, rue du Sel à Anderlecht). 

J’ai commencé à aller au cinéma. Au Monty, place Fernand Cocq, j’ai vu mes premiers Fassbinder: “Les larmes amères de Petra Von Kant”. Encore un choc, voire une jolie fissure….

 

This entry was posted in Uncategorized and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s